Burg Genuss à la lumière des bougies, avec de la musique rock et du country ?

Maintenant que tout semble être dit sur #SchlossGenuss et que la parade des blogs touche à sa fin, je me suis souvenu d’un vieux dicton qui était griffonné plus ou moins en gros sur la dernière page des albums de poésie.

Pour ma part, il ne semble pas si rond quand on le transporte dans les temps modernes : je me suis ancré dans le dos pour que personne ne tombe de la parade du blog.

Bien que ce billet ne décrive pas un château ou une promenade au château, mais si vous êtes un enseignant et que vous prenez les règles de participation à la parade du blog #SchlossGenuss très, très au sérieux, vous êtes bienvenu pour écrire “sujet manqué” sous mon billet. Mais seulement sur votre propre écran !

Néanmoins, je peux penser à des choses très différentes sur le sujet de SchlossGenuss que les autres personnes impliquées. Par exemple, les concertantes !

J’aime, donc, profiter de l’occasion pour partager mes propres souvenirs avec un public plus large et, s’il me le permet, je ramène le lecteur à 1972.

Même si des informations détaillées ont été assidûment cachées dans mon cerveau durant longtemps, puis tout aussi obstinément dans les archives des Nürnberger Nachrichten, de longues recherches ont finalement permis de les mettre à jour.

Quiconque pense qu’il s’agit de jalons de la musique rock – et 1972 est prédestiné à cela – fait fausse route.

Bien que Neil Young ait sorti son album “Harvest” en 1972 avec le super hit “Heart of Gold”, Deep Purple avec “Smoke on the Water” sur l’album “Machine Head” l’un des plus grands succès de l’histoire de la musique rock et que David Bowie ait présenté son concept d’album révolutionnaire “The Rise an Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars”, le concert dont nous allons parler a été joué par le Beaux Art Trio.

Le Trio des Beaux-Arts à la lumière des bougies dans la salle des chevaliers du château impérial de Nuremberg

Celui-ci a été joué à la lumière des bougies dans la salle des chevaliers du château impérial de Nuremberg le 28 mai 1972. Un vrai #SchlossEnuss, même si, à 14 ans, une visite à un concert des héros du rock susmentionnés me semblait beaucoup plus attrayante à l’époque.

Mais au moins, un élargissement des horizons a eu lieu, le souvenir est resté, grâce aussi à ma grande sœur.

Le Beaux Art Trio est l’un des plus importants trios de pianos au monde. Fondé en 1955, il ne s’est scindé qu’en 2008. Menahem Pressler avait alors déjà 87 ans !

Bien que l’instrumentation ait changé de temps en temps, avec le maître du piano Menahem (nom de naissance Max) Pressler (*1923) et Bernard Greenhouse (violoncelle), deux membres fondateurs ont joué ensemble avec Isidore Cohen (violon), dans la Rittersaal.

Enfin trouvé : la bonne critique pour le bon concert

Le critique culturel Fritz Schleicher des Nürnberger Nachrichten a écrit à l’époque

Les trois Américains sont tout exceptés des producteurs de sons secs ou des perfectionnistes froids, mais des musiciens capricieux, presque comiques, qui se livrent à la mélodie et épuisent une gamme de valeurs émotionnelles enrichies sans perdre le contrôle de leurs sentiments. La maîtrise du Trio des Beaux-Arts est leur jeu mentalement souverain d’émotions sublimées. …. Le Trio en sol majeur 496 (note de Mozart) a été joué d’une manière tout à fait inhabituelle ; avec un Allegro vif et un Allegretto pétillant, un seul hommage joyeux au génie de la jeunesse.

Avec Robert Schumann, la beauté était plongée dans un tonalité mineure. De forts contrastes ont déterminé le tableau romantique : démon dramatique et solennité rêveuse.

Le Trio a su démontrer l’art de la sublimation chez Beethoven de façon encore plus impressionnante que le Trio en ré mineur, op. 63 de Schumann. Le “Trio de l’archiduc”, en si bémol majeur, op. 97 de Beethoven peut être considéré comme la somme de la musique de chambre classique.

Dans le champ de force entre spiritualisation absolue et passion agitée, les tensions deviennent effectives, passent de la virtuosité instrumentale à la brillante célébration de la musique de chambre.

Dans le rappel, le trio d’élite a une fois de plus déclaré son engagement à la romance totale. Un mouvement du Dumky Trio de Dvorak a déclenché des tempêtes d’applaudissements, qui ne sont pas monnaie courante, même au château impérial.

Alors, Sachez tout, ma chérie ! Il n’y a rien à ajouter à cela. Mon sujet de la comédie musicale #LockEnuss ou #BurgGenuss dans la Rittersaal est maintenant clos.

Mais : Schloss Genuss est omniprésent aujourd’hui

Je voudrais compléter mes remarques par une vision complètement différente du sujet de Schloss Genuss, qui n’a jamais été traité auparavant. Après tout, Schloss Genuss est presque omniprésent, aujourd’hui. 

Par exemple, si vous êtes intéressé, vous pouvez assister à n’importe quel mariage royal via la télévision. Un suivi intensif est possible grâce à l’achat de revues et de magazines pertinents. Grâce à YouTube, les moments les plus beaux et les plus déchirants peuvent être visionnés pendant des heures en boucle.

Afin de rendre justice à la joie des thèmes royaux pour les fans de l’aristocratie et de la monarchie, l’industrie du divertissement produit même des spectacles qui valent la peine d’être vus.

Il suffit de penser au succès de la série télévisée anglaise Downton Abbey, qui est malheureusement maintenant terminée. Comment nous en sommes venus à aimer les Crawley.

Et que dire de la Couronne. La série télévisée britannique de la plateforme de streaming en ligne Netflix nous donne tout ce que nous voulons. Un petit feuilleton, un petit drame politique.

Nos soucis quotidiens ne jouent plus de rôle devant notre équipement domestique, le jardinier gardera toujours le parc du château en bon état même sans nous.

Pas moins de sept royaumes, de la politique et des luttes de pouvoir, des guerres et des religions, des batailles pour le trône et l’héritage, mais aussi un peu de vie de cour. L’auteur George R. R. Martin a mis un monolithe sur les étagères avec Game of Thrones et la chaîne HBO dans le monde de la télévision.

Ce petit extrait médiatique est suffisant. Nous le savons : la réalité est différente.

Le sang bleu ne garantit pas automatiquement la richesse

Autrefois, les seigneurs des châteaux gardaient leur corps – bien sûr avec du sang bleu qui coulait à travers eux – aussi loin que possible de la non noblesse. Aujourd’hui, il n’y a pratiquement plus de châteaux ou de palais qui soient absolument privés. Beaucoup d’entre eux peuvent être visités ou visités au moins occasionnellement .

À l’époque moderne, le seigneur ingénieux du château doit d’une manière ou d’une autre préserver et entretenir les vieux murs dont il a hérité. Vous pouvez, donc, louer des châteaux et des palais entiers pour votre propre mariage. Les séminaires et les concerts dans les châteaux, les parcs et les palais sont, depuis longtemps, une évidence.

Au printemps, non seulement les crocus poussent sur la pelouse du parc du château, mais aussi des expositions d’artisanat, de plantes, des barbecues et beaucoup de friandises se promènent dans les jardins des châteaux allemands comme un grand cirque.

Les classes inférieures piétinent lorsque des affiches dans les environs invitent les gens à la “luxure verte”, à la “luxure de jardin” ou aux “rêves de campagne”. Les babioles fraîchement acquises ornent, alors, nos jardins.

Des milliers de personnes apprécient chaque année ce genre de plaisir au château. Ils s’alignent patiemment dans les rangées au comptoir des boissons, à la tarte flambée ou juste pour avoir un morceau de gâteau aux fraises. Pour la première fois de leur vie, ils osent essayer le hoummos. Ensuite, ils se renforcent au coude à coude sur des bancs de bière durs et attendent avec impatience l’année prochaine avec moi ! C’est le vrai plaisir de #Lock !

L’art dans le jardin du château de Weißenstein (Pommersfelden)

Ma première contribution à la Blogparade porte sur ces sujets : Château impérial, Eppelein, Burgenwinkel et ma maison est mon château

A la fin de l’article, il y a, également, une liste de toutes les autres contributions.

D’autres articles intéressants sur l’art dans ce blog :

– Gerhard Richter et ses spectateurs à Berlin – Peggy Guggenheim à Venise Revue – La cuisine du futur – Aisslinger – GenussErbe – des produits protégés sur la table – La mer – D’un bout du monde à l’autre – conte de fées ! Comment le sel est arrivé dans la mer – #dhmmeer – Kaiserburg, Eppelein, Burgenwinkel et my Home is my Castle – Ma vision culturelle en tant que consommateur | #KultBlick – Le jazz et la nourriture du Sud profond – les légumes tels que peints ! Fast Minimal Art – Bardentreffen a fêté son anniversaire en 2015 avec plus de 200.000 invités – Le Palais Idéal du Ferdinand Cheval à Hauterives – Avec Wilhelmine von Bayreuth dans le parc de l’Ermitage – Film : Entre les Bras – 3 étoiles, 2 générations, 1 cuisine – Choc culturel sur l’autoroute – Classic Open Air 2011 avec pique-nique dans le parc – Huit très bonnes raisons pour un voyage en Carinthie (Sud)