New Spring of Authors – Les nouveaux talents du cinéma mondial

Quatre ans après la précédente spéciale de notre rédaction sur les «jeunes promesses» du cinéma international, essayons de refaire l’expérience et de vous dire sur quels réalisateurs garder un œil dans les années à venir. Si vous allez jeter un œil à notre spéciale d’il y a quatre ans ” Le printemps des auteurs “, vous pouvez voir par vous-même combien d’auteurs nous avons inclus dans cet article sont, maintenant, en fait les nouveaux “géants” de la scène internationale. On en a peut-être manqué, c’est vrai, mais il faut dire qu’on sentait qu’on entendrait encore beaucoup parler de cinéastes comme Pablo Larrain, Steve McQueen, Asghar Farhadi, Denis Villeneuve ou Joe Wright. Nous pourrions les parcourir tous, mais cela n’aurait guère de sens. Après un certain temps, nous avons voulu tenter une deuxième expérience, certainement plus difficile. Plus difficile pour de nombreuses raisons: la première est que dans quatre ans, il n’y a pas le temps pour une nouvelle génération de réalisateurs de s’imposer complètement et donc il est plus compliqué de penser à de jeunes talents prêts à s’affirmer complètement dans le futur; la deuxième raison est que, cette fois, nous avons décidé d’être encore plus sélectifs. Dans le tourbillon des propositions que vous vous apprêtez à lire, les auteurs qui ont déjà trouvé une consécration, même partielle, ne trouvent pas de place. Aucun de ces administrateurs n’a déjà sa maison pleine de récompenses ou de comptes bancaires qui explosent en millions de dollars grâce à des succès sensationnels au box-office. Nous ne voulions pas en faire une simple question d’âge. Il y a des recrues dans la cinquantaine et des cinéastes dans la trentaine déjà vénérés par la critique et le public. Voici simplement vingt noms sur lesquels nous pensons pouvoir nous concentrer au cours des prochaines années. On ne dit pas que tout le monde explose complètement, tout comme on ne dit pas que, déjà maintenant, tout le monde a un talent de première grandeur. Ce ne sont que celles qui nous ont semblé les plus prometteuses. Il n’y a pas de paramètres critiques rigides dans le choix: nous nous sommes limités à prendre en considération ce qu’ils ont fait jusqu’à présent dans le septième art. Pour cela, vous trouverez des réalisateurs de pays différents et lointains, dont vous n’avez peut-être même pas entendu parler, ainsi que des collègues qui ont déjà opté pour une collaboration avec l’industrie hollywoodienne. Ce qui les unit, c’est qu’ils sont tous reconnaissables à une empreinte qu’ils ont déjà su donner à leur carrière. Nous nous sommes rencontrés à la rédaction pour essayer de pouvoir vous proposer un examen plus complet de ce que nous offre actuellement le panorama international. Pour l’Italie, nous avons choisi quatre auteurs: un couple de documentaristes d’exception, un cinéaste qui a déjà conquis la compétition cannoise (rentrant chez lui avec un incroyable Grand Prix), un jeune réalisateur qui a réalisé son premier long métrage cette année., Un film qui est déjà devenu un culte. Et il y a aussi de la place pour le mélange de fiction et de reportage de Roberto Minervini. Bref, notre pays peut également se défendre dans la compétition mondiale des prochaines années, avec un éventail varié et véritablement articulé de propositions artistiques.

Sean Baker (Summit, New Jersey, 26 février 1971)

special_young_ director_sean_bakerSean Baker, né en 1971, est désormais protégé par le circuit des festivals internationaux mais n’a pas encore eu l’occasion de se faire une audience dans les salles italiennes comme il le mérite. Par exemple, le Torino Film Festival lui donne depuis quelques années un espace pour présenter ses dernières œuvres. “Prince of Broadway” en premier, ” Starletvers un cinéma de plus en plus vivant et vivant. (Alessandro Viale)

JC Chandor (Morristown, 24 novembre 1973) Un

special_new_directors__j_c_chadordébut saisissant pour Jeffrey McDonald Chandor, plus connu sous le nom de JC Chandor, avec ce ” Margin Call ” qui eut une résonance internationale immédiate, lancé d’abord par le Sundance Film Festival puis par la Berlinale. Face à la crise économique des junk titres au sein de ceux qui les ont créés, Chandor se révèle être un auteur avec une vision claire de la mise en scène, avec une recherche de tension silencieuse, uniquement grâce à la capacité de production de masse, au jeu de plans avec gros plans de personnages silencieux. De plus, cette figure d’auteur est également développée dans les deux films suivants, « Tout est perdu » et « Une année la plus violente».”, où il confirme la grande qualité à la fois de la direction de groupes d’acteurs et d’un seul protagoniste comme Robert Redford. Chandor est un réalisateur talentueux capable de se réconcilier même avec des films de genre (comme le noir qui habille” A Most Violen Year “), attentif aux ambiances, avec des scripts forts et bien écrits. Un auteur qui, après trois films seulement, est, plus qu’une promesse d’auteur, une certitude et qui ne peut qu’évoluer, ayant fait preuve d’un éclectisme hors du commun. JC Chandor est l’homme et sa lutte pour sa survie dans notre société contemporaine sauvage. (Antonio Pettierre)

Massimo D’Anolfi et Martina Parenti (1974 et 1972, Milan)

special_new_regis_danolfi_parentiMassimo D’Anolfi et Martina Parenti, un couple d’artistes dans la vie, sont des documentaristes rigoureux et irréprochables. Leur regard sur le monde réel ne connaît aucun filtre d’aucune sorte, mais il émerge continuellement des images qui nous donnent un sens poétique de la réalité qui nous entoure. Partant d’une vocation narrative déclarée qui corrélait la littérature à l’actualité (leurs premières œuvres ont pour titre une œuvre littéraire importante, que ce soit de Manzoni, Dickens ou Kafka), leur voyage se poursuit maintenant avec des documentaires mûrs et anéantissants dans leur profondeur humaniste. Ici, s’il faut résumer ce qui fait d’Anolfi et Parenti un couple de cinéastes incontournable dans le panorama continental européen, c’est justement ce point de vue philosophique: chaque documentaire est l’occasion de réfléchir sur l’évolution de l’être humain. Et c’est dans cette honnêteté intellectuelle exceptionnelle que réside peut-être leur plus grand mérite. (Giancarlo Usai)

Gareth Edwards (Nuneaton, 1er juin 1975)

special_young_directors__gareth_edwars” Monstres ” n’était pas un film à une seule idée. C’était à la fois un blockbuster low-cost, une réflexion sur la frontière US Mexique (Nord-Sud), une histoire d’amour entre drifters, une nouvelle perspective sur les films de monstres. Grand succès auprès du public (il a également eu une suite) et des critiques. Edwards ne s’intéresse pas à la pureté d’auteur et se vend immédiatement à un projet absurde sur papier comme ” Godzillaà l’intérieur d’une machine aussi obscène, gagnez-vous de l’argent? Nous sommes curieux de le voir. (Alberto Mazzoni)

Robert Eggers (New Hampshire, 1982)

special_young_directors_robert_eggersLa peur est le sentiment qui saisit le plus souvent l’âme des protagonistes des débuts réussis d’Eggers, à retrouver au cinéma ces jours-ci. Peur de Dieu, peur du diable, peur de la nature, peur de la civilisation, peur de l’échec, peur de l’affirmation, peur du mensonge, peur de la vérité, peur du péché. Ce qui, comme le font allusion les préfinales, est peut-être plus dangereux que le même (ou pas?). Et c’est à ce moment-là que les cris et les exclamations (de peur, mais aussi de colère et de douleur) des personnages deviennent la véritable bande originale du film, avec le rampant (tapi, un autre terme lovecraftien) et l’explosif (quelqu’un a étudié ” Shining “) compositions de Mark Korven. Illustrant si bien l’opposition (ou plutôt l’une des oppositions) dont se nourrit le film, celle entre réel (et réalisme) et symbolique. Qui se juxtaposent dans la fin énigmatique qui établit la pure nature d’un conte de fées (il suffit de lire les titres des courts métrages du réalisateur) de “La sorcière “et donc sa capacité à être à la fois une impressionnante reconstruction de l’époque et une horreur métaphorique raffinée. Comme Eggers lui-même le répète sardoniquement avec l’annotation in exergo. (Matteo Zucchi)

Gareth Evans (Hirwaun, 1980)

special_young_directors__gareth_evansParfois certains films donnent vraiment un tournant. dans son genre. Evans se fait les dents, et les divise, dans “Merantau”, avec lequel il transforme l’art martial qu’il était allé documenter, le silat, en film. Et puis vient le succès international de “The Raid”, un chef d’oeuvre d’action – exceptionnel. De grands artistes martiaux au service d’une direction qui parvient à allier dynamisme et clarté dans l’action comme peut-être aucun autre en ce moment. Et puis vient ” The Raid 2″, qui élargit le discours, insère une intrigue et démontre la supériorité du réalisateur sur tous les terrains de jeu, y compris la lutte d’acteurs non sportifs (Hammer Girl est un modèle) ou le banc d’essai par excellence: la poursuite en voiture.” Raid 2 “quitte le contemporain Des films d’action asiatiques et américains si loin derrière que cela n’a aucun sens de continuer sur cette voie, et donc? Un court (muet, pure action) d’Evans est sur le web, dans lequel il ne s’essaye pas seulement au film en costume mais même pour la première fois respecte le PG 13 … (AM)

Andrew Haigh (Harrogate, 7 mars 1973)

special_new_directors_andrew_haighRéalisateur, scénariste, producteur, opérateur et monteur. Le Britannique Andrew Haigh a explosé en 2015 grâce au poignant ” 45 ans”, mais à son honneur, il peut se vanter de plus de dix ans de carrière éclectique, toujours entre vocation indie et tentations mainstream: nombreux courts métrages, le semi-documentaire” Greek Pete “, le culte instantané” Weekend”et la série télévisée” Looking “de HBO. Mais que vous parliez d’un loueur londonien, d’un amour fou engourdissant, d’un couple de personnes âgées placides ou d’un groupe d’amis homosexuels à San Francisco, Haigh ne cesse de sonder l’esprit et ponctualité douloureuse la complexité des relations sentimentales. Son cinéma est à la fois intime et rigoureux, souvent amer, essentiel dans sa linéarité, qui prend vie dans l’histoire des petits détails quotidiens – habitudes domestiques, gestes d’amour, silences rancuniers, sexe maladroit. Et qui trouve son épanouissement parfait dans une direction d’acteurs sage, sensible et rarement efficace. (Stefano Guerini Rocco).